Une gourmandise de livres

gourmandise_640x164_2

Spectacle de contes et comptines, théâtre et musique, chants et rires…

Création originale 2005 – 2006

Texte et mise en scène David LE GALL

avec

David LE GALL, jeu et chants
Eve-Marie BODET , violon, jeu et chants

 


 

[embedyt]http://www.youtube.com/watch?v=nG5mAufqFl0[/embedyt]


 pour voir le dossier de presse (pdf): cliquez là


pour voir le dossier pédagogique (pdf): cliquez là


 

Synopsis

Il existe une catégorie d’ogre bien particulière, on les appelle les « Mots’vore ». Ils se mêlent aux humains, se fondent dans la masse. Pourtant certains signes peuvent les trahir. Une odeur de vieux papiers les entoure, leur regard est parfois un peu rêveur, ils sont souvent dans la lune, le bout de leur index peut être taché d’encre, dans leurs poches, dans leur sac ou dans la main ils ont presque toujours de quoi lire. Alors aussitôt signalés, surgit la BCD, la Brigade des Cuisiniers Déjantés. En effet, ces Ogres sont en général inoffensifs sauf s’ils n’ont pas assez à manger. Voilà pourquoi ont fait appel à des spécialistes pour calmer leur appétit. De plus c’est une espèce malheureusement en voie de disparition, il faut donc les protéger.

A peine arrivés, nos cuisiniers installent leur matériel et commencent sans perdre de temps à préparer le repas. Ils tapissent tout d’abord les parois de leur gros chaudron avec de fines tranches de papier qu’ils mouillent d’un filet de colle et d’une bonne dose d’encre. Voilà pour la base. Ensuite, suivant leur humeur, ils rajoutent des ingrédients divers : la pomme de Blanche neige, quelques poils d’un balais de sorcière, des petits cailloux blancs, une chaussure de verre en passant par des ingrédients plus exotiques comme la perle de l’empereur dragon, un œil de poupée, une plume de l’oiseau d’or… Mais que mangent donc ces ogres ?

Non ils ne mangent pas d’enfants, eux ils dévorent … des livres !

Le spectacle est saupoudré largement de la musique du violon de Ève-Marie Bodet. Cela donne un entrain et une poésie qui réjouira les petits comme les grands.


 

Intention de mise en scène

Ce spectacle traite du livre sous une forme très ludique. Le livre est parfois et malheureusement perçu par certains enfants comme objet inaccessible, indigeste, contraignant et synonyme d’échec. Le spectacle tente d’en donner une vision totalement différente. Il le compare au contraire à une gourmandise, il en fait une source de bonheur, de rires, de bonne humeur et d’évasion. Il rapproche le plaisir et la nécessité de lire avec le plaisir et la nécessité de manger. Il le présente comme un plat délicieux préparé avec des ingrédients plus appétissants les uns que les autres : une once de fantaisie, une pincée de magie, une poignée d’amour, un doigt de suspens…
Le spectacle est proposé sous deux formes :
– la 1ère s’adresse à des enfants âgés de 3 à 6 ans et dure environ 40 minutes ;
– la 2 ème à partir de 7 ans jusqu’aux adultes dure une heure environ. Actions autour du spectacle Depuis de nombreuses années, le Théâtre du Pain propose, en amont ou en aval de ses spectacles des interventions auprès du public. Qu’il s’agisse du conte, de son écriture, de sa diction de sa mise en scène ou du théâtre et du métier de comédien, le Théâtre du Pain est à la disposition de la structure invitante pour imaginer avec elle tout projet propice à développer les actions d’accompagnement du public.


Menu

Petit encas feuilleté
Mise en bouche

Chanson des cuisiniers sur lit de notes
Randonnée de l’écrivain accompagnée d’une mélodie de casseroles

La gavotte du savoir lire
Le petit garçon qui ne lisait pas, arrosé d’un soupçon du Petit Prince

Gourmandise de livres sur coulis de mots relevé d’une douceur de violon
Pour faire patienter salade de percussions

Plateau d’histoires
Sucrerie de djembé et dunun

Mignardises

Boissons
Château bonne humeur 1976
Clos du rire 1981

« Il manque quelque chose, mais quoi ? » (photo)

« Pour préparer un livre c’est pas ben compliqué… » (photo)

Pour lire une histoire,
Il faut suivre le mode d’emploi
Pour lire une histoire
Il suffit de faire comme moi,
D’éteindre la télé et l’ordinateur… (photos)

« Grâce à un entraînement intensif Julien était devenu un surhomme… tout au moins virtuellement… » (photo)

« La première chose à faire est de trouver une bonne histoire. C’est là une étape essentielle. Allez cueillir tout au fond de vous-même une idée, même toute petite. Choisissez-là avec soin, une mauvaise idée ne fait jamais une bonne histoire…» (photo)